A quand l’ouverture de sex shop en franchise ?

L’ouverture d’un sex shop en franchise est une application qui demande beaucoup de procédures. Depuis ces dernières années, parler des objets érotiques et des sex toys semble un peu tabou. Ce domaine est en plein essor et ne cesse d’accroitre sa production et la diversification de ces produits. Cette activité attire beaucoup d’entrepreneurs. Mais, ouvrir un sex shop en franchise par rapport aux autres activités, les procédures et le processus sont-ils compliqué ? Actuellement, on peut voir les love shops dans les différents locaux commerciaux.

Des marques célèbres

Depuis les années 70, lors de l’apparition de sex shop en France, le secteur montre et prouve l’apparence de la libération sexuelle. Ils ont eu une mauvaise réputation et mal vu par la population. Les clients restent une clientèle masculine. Même, la législation impose de camoufler et dissimuler les vitrines de sex shops. Mais des changements ont été observés dans ce domaine depuis quelques années. Depuis 2016, la marque « Jacquie et Michel » a ouvert pour la troisième fois sa boutique à Nancy après Paris et Lyon. Durant même cette année 2016, le cinquième Dorcel Store est ouvert en Bretagne. Ils ont acquis la grande popularité dans le secteur de la vidéo pornographique. A Paris, par exemple, l’établissement Concorde et Passage du Désir ont établi un supermarché érotique comme les autres commerces.

La démocratisation du marché

Le terme « love shops » remplace petit à petit l’ancien « sex shop ». L’image devient adaptée à une clientèle particulièrement féminine. L’image devient de plus en plus douce. La pornographie commence à être remplacée par l’érotisme. Les lieux de vente proposent des lingeries fines et donnent des images chics. Le commerçant tient à se distinguer des sex shops pour que leur vente soit assimilé avec les boutiques de lingeries telle que les franchises Valege ou Darjeeling, ce sont des sex shop franchisé qui assimile leur activités avec d’autres comme la parfumerie.

Des contraintes au développement de l’activité

Les tabous aux alentours de cette activité existent encore. Les entrepreneurs donnent des témoignages.  Le projet de l’ouverture d’une boutique semble très compliqué car ce sont des parcours et épreuves du combattant. Même trouver un local est très compliqué car les différents locaux commerciaux ne veulent pas la mise en vente à ce genre d’utilisation. Pour trouver un financement semble difficile étant donné que les banques ne veulent pas associer leurs images de marques dans ce secteur. La distance minimum avec un établissement scolaire et établissement pour mineurs doit être respectée. En ce qui concerne les tabous, la clientèle féminine commence à être les clients qui offrent un grand chiffre d’affaires à ce secteur d’activités. Comme les commerçant associent leurs produits avec la lingerie féminine très fine, ils arrivent à attirer l’attention des couples.

Top des accessoires les plus vendus dans les sex shop
Les français sont-ils vraiment adeptes des sex shop ?