Le confinement a largement profité au sexe !

sexe

Selon plusieurs études, les Français ont moins fait l’amour pendant le confinement. Signe d’une sexualité en berne ? Non. Face à la situation, la créativité des individus s’est avérée immense. Comment le confinement a-t-il profité à la sexualité des Français ? Quel est le rôle du sexe virtuel ? Découvrez comment les Français ont pimenté leur vie sexuelle pendant le confinement.

Comment le confinement a-t-il impacté la sexualité ?

Isolés, seuls ou à deux, les Français ont mis leur sexualité à rude épreuve. Du sexe au tel aux scénarios coquins en passant par l’achat de sextoys innovants, le confinement a fait évoluer la vie sexuelle des individus.

Selon un sondage Ifop, 44% des Français affirment ne pas avoir eu de rapports sexuels au cours des quatre dernières semaines précédent le 5 mai, contre 26% avant le confinement. Stressés compte tenu la situation sanitaire, enfermés à deux et soumis à une forte promiscuité, les individus ont globalement eu de la difficulté à maintenir la flamme du sexe dans leur couple.

Est-ce pour autant la preuve d’une sexualité dégradée ? Selon une étude du Centre de recherche en sexologie Kinsey Institute rattaché à l’université de l’Indiana, les individus ont eu moins de relations sexuelles, mais celles-ci se sont révélées plus « aventureuses ». 20,3% des participants à l’étude ont déclaré avoir ajouté une nouvelle pratique à leur vie sexuelle depuis le début de la pandémie. La plupart (62,7%) ont déclaré avoir ajouté une seule nouvelle pratique, 18,4% deux, 7% en trois et 12% quatre ou plus.

Comment les individus ont-ils pimenté leur sexualité ?

Selon cette même étude du Kinsey Institute, les pratiques ajoutées dans la vie sexuelle des individus interrogés pour l’enquête comprennent notamment l’essai de nouvelles positions sexuelles, l’envoi de messages et de photos coquines, la réalisation de fantasmes jusqu’alors refoulés, le visionnage de vidéos pornographiques et le cybersexe.

Les plaisirs solitaires à l’honneur ?

Selon le sondage Ifop évoqué plus haut, 42% des Français avouent s’être masturbés au moins une fois pendant le confinement : 35% chez les personnes en couple vivant sous le même toit et 53% chez les célibataires. Bien que les hommes soient plus nombreux à avoir pratiqué la masturbation (57%), les femmes aussi se sont adonnées aux plaisirs solitaires (29%).

Le succès des sextoys

Les pâtes, la farine et le papier toilette ne sont pas les seuls produits à avoir fait l’objet d’un regain d’intérêt durant le confinement. En effet, selon les chiffres d’une célèbre marque de jouets pour adultes, les ventes de sextoys ont connu une hausse de plus de 50% par rapport aux prévisions pour 2020. Cette hausse des ventes de sextoys concernent en grande partie les confinés en solo, mais aussi les couples souhaitant mettre de la fantaisie dans leur vie sexuelle.

Le boom du sexe au téléphone

Confinée, la sexualité trouve d’autres moyens pour s’épanouir. Le sexe au tel figure parmi les pratiques ayant connu une hausse d’activité pendant le confinement. Le téléphone rose donne, à celles et ceux qui y ont recours, une occasion de créer du lien social tout en prenant du plaisir. En inventant des dialogues coquins, les interlocuteurs s’offrent un instant d’évasion, grandement apprécié quand le stress persiste. Le sexe au tel apporte de la chaleur humaine aux personnes isolées mais aussi une oreille attentive, à l’écoute de tous les fantasmes. « En couple ou célibataires, les personnes qui m’appellent sont à la cherche d’un moyen de relâcher la pression, tout en prenant du plaisir », explique Sarah, opératrice du téléphone rose. Anonyme et à distance, le téléphone rose laisse une grande place à l’imaginaire et permet de parler de sexe sans gêne ni pudeur. 

Engager les prestations d’une escort girl en Suisse
A quand l’ouverture de sex shop en franchise ?